Centre interinstitutionnel

de recherche en écotoxicologie

C  I  R  É

 

Unité de la qualité des modèles animaux aquatiques

L’écotoxicologie permet par l’utilisation de modèles animaux d’étudier les effets de conditions simples ou composites du milieu. La recherche et le développement de biomarqueurs en écotoxicologie fait appel aux technologies modernes en cytométrie, en protéomique et en génomique. Les modèles animaux sont l’élément de base sur lequel s’appuie la détection des effets produits par des conditions du milieu modifié de façon naturelle ou anthropomorphe.
Dès 1863, les poissons sont utilisés dans l’étude de la toxicité aiguë. Après 1940, principalement à cause de l’emploi répandu des pesticides persistants, les modèles animaux aquatiques servirent de plus en plus en toxicologie. De 1975 à 2004, le Conseil canadien de protection des animaux notait une hausse dans l’utilisation des poissons à des fins de recherche ou de tests.
 Les modèles animaux aquatiques présentement utilisés en écotoxicologie furent développés pour la première génération de toxicologue qui s’intéressait aux effets létaux, dits aigus, pour lesquels on suivait surtout le taux de mortalité des animaux. L’écotoxicologie moderne étudie principalement les effets sous-létaux par des technologies de détection au niveau du gène, de la protéine ou de la cellule. Les spécifications de base, à un niveau témoin des modèles animaux, ont surtout été calibrées pour des techniques analytiques de la première génération. Le travail reste à compléter pour s’assurer que l’on connaît, pour les technologies actuelles de l’écotoxicologie, les seuils normaux de réaction des différents modèles animaux aquatiques. Ainsi, les études de cette unité permettront aux scientifiques du CIRÉ de mieux en tenir compte dans leur protocole et pour l’interprétation de leurs résultats.
Les espèces animales aquatiques utilisées comme modèle sont variées. Il y a des bivalves (moule d’eau douce, moule commune, mye, pétoncle, palourde), des poissons (méné tête de boule, méné queue à tache noire, épinoche, truite arc-en-ciel, perchaude) des mammifères marins (phoque commun). L’unité de qualité des modèles animaux aquatiques tiendra à jour les connaissances sur ces modèles. Des recherches seront effectuées pour préciser les niveaux normaux de résultats escomptés en cytométrie, en protéomique et en génomique pour ces modèles. On examinera les variations des paramètres physico-chimiques de l’aquarium (température, salinité, pH, alcalinité, dureté), des conditions d’hébergement (diète, photopériode) ou propres aux animaux (stage de vie, sexe, statut reproductif, santé, période d’acclimatation). Une attention particulière sera portée également aux variations génétiques des différents groupes d’animaux  utilisés dans une analyse écotoxicologique.
 Des revues de la littérature, des résultats de recherche et des recommandations pour les protocoles en écotoxicologie seront produits par cette unité.  La coordination de l’unité est assurée par le Parc Aquarium du Québec. Ses nouveaux et modernes laboratoires aquatiques de  300 m2, dans lesquels seront effectués ces études de qualité, peuvent héberger des espèces aquatiques d’eau douce ou de mer.
 En mai 2005, le Parc Aquarium du Québec était l’hôte du second atelier international sur les biomarqueurs des bivalves. Durant une semaine, des chercheurs d’Allemagne, de Belgique, du Canada, des États-Unis et de France ont présenté et discuté de leurs différents protocoles et technologies. Depuis 2004, des recherches en écotoxicologie sur la moule commune, la mye, la pétoncle, la palourde  et la perchaude ont été effectuées dans les laboratoires du Parc Aquarium du Québec. Parmi ses partenaires en recherche, le Parc Aquarium du Québec compte sur :
  •  Centre interinstitutionnel de recherche en écotoxicologie
  • Centre spécialisé des pêches de Grande-Rivière
  • Environnement Canada 
  •  Institut des sciences de la mer de Rimouski
  • Institut national de la recherche scientifique-Eau, terre et environnement
  •  Institut national de la recherche scientifique-Institut Armand-Frappier
 Le personnel technique et professionnel du Parc Aquarium du Québec est spécialisé dans l’hébergement des animaux aquatiques du Saint-Laurent et des Océans Atlantique, Arctique et Pacifique. À l’automne 2006, un nouveau chercheur résidant y coordonnera et y effectuera des  recherches portant sur la qualité de modèles animaux aquatiques servant en écotoxicologie.